Salarié à Saint-Pierre-et-Miquelon, c’est comme le RSA en métropole !

Note : A la suite de la dernière publication, j’ai reçu un mail d’une personne qui est venue témoigner de sa situation. Après plusieurs échanges je lui ai demandé si elle acceptait de la détailler pour que je puisse la publier en forme d’article dans mon blog. Elle a accepté sous réserve de conserver l’anonymat ce que j’ai accepté.

__________

Bonjour Monsieur,

Je suis arrivé dans l’archipel depuis plusieurs mois et j’ai lu vos articles avec attention. Vous dîtes dans le dernier que 80% de la population est à l’abri du besoin. Je fais donc partie des autres 20%.

La pauvreté dans l’Archipel existe. Il y a une réelle différence entre celles et ceux qui viennent de l’extérieur et celles et ceux qui vivent ici à demeure. Je viens de l’extérieur avec objectif de vie de rester à demeure sur l’Archipel.  Néanmoins, si je continue sur cette voie, il me faudra me rendre à l’évidence et envisager de partir ailleurs. Non pas parce que je le souhaite, mais parce que les emplois proposés ne sont pas financés à la hauteur du coût de la vie sur l’Archipel et qu’aucune aide au logement n’est envisageable, alors que les loyers sont 40% plus chers.

Avant de m’installer dans l’archipel j’étais en métropole, sans travail, avec le RSA et une allocation logement. En tout je percevais 747,03 € et mes dépenses s’élevaient à 680,12€ par mois. Ce qui me laissait un reliquat de 66,91 €. C’est peu, mais ça me permettait de voir venir le cas échéant.

  • Loyer = 410,56 €
  • Gaz + électricité = 70 €
  • Assurance maison = 10,57 €
  • Mobile = 8,99 € en illimité
  • Internet = 40 € avec télévision et téléphone fixe
  • Eau = 20 €
  • Budget alimentaire = 120 € par mois (en mangeant des produits fruits achetés sur le marché à des producteurs locaux, œufs bios, produits de la mer, etc., et j’avais une aide alimentaire du CCAS où 1 fois par mois je recevais des produits frais venant des producteurs du coin).

À Saint-Pierre-et-Miquelon, après le RSA et quelques aides, j’ai aujourd’hui un salaire de 1580 € et mon budget dépenses s’élève à 1502,56 €. En fait, comme vous le voyez, j’ai ici une marge de 77,44 €, c’est – à -dire, 10,53 € de plus qu’en métropole.

  • Loyer = 720,27€
  • Électricité = 180€
  • Assurance maison = 18,29€
  • Mobile = 49€ pour 4h/mois avec illimité sur certaines destinations
  • Internet = 55€ – sans télévision ni téléphone fixe
  • Budget alimentaire = 480€ tout compris. Par exemple les pâtes, mon produit de base, sont 3 fois plus chères qu’en métropole !

Si l’on fait une comparaison, le budget de ST Pierre est 2,1 fois supérieur à celui de métropole. Cependant, il ne génère qu’un écart de revenus supplémentaires que de 10,53 €

Avec le salaire de St Pierre en métropole, j’aurai été riche. Ici, je suis pauvre. D’autant plus qu’avec le Covid j’ai eu de grosses pertes de rémunération. Une personne qui a le budget de métropole ne PEUT PAS VIVRE ICI.

Quoi qu’il en soit, si tu n’as pas été détaché ici (fonctionnaire), c’est utopique de vouloir venir y vivre. Même si la qualité de vie est extraordinaire (environnement, pollution, air, etc.) tu as intérêt à avoir les reins solides. Alors c’est peut-être un choix des élus locaux. Si c’est cher, on n’attire pas la misère.

Mais ce qu’il en est, c’est que dans l’hôtellerie restauration, secteur important du tourisme à St Pierre, vu que l’orientation est uniquement touristique,  ils galèrent pour avoir des employés. Non pas parce qu’ils ne trouvent personne, non, juste parce que pour obtenir un logement à prix décent c’est une gageure, voire impossible parfois.

Je me plais sur l’Archipel, vraiment, et j’espère pouvoir y tracer mon chemin.

Ce qui ne me plaît pas, ce sont les inégalités qui se creusent au quotidien et surtout, de ne pas ressentir la finalité à vouloir fidéliser les habitants de l’Archipel pour qu’ils restent.

Voilà ce que je souhaitais dire sur le sujet. Merci pour tous les articles pertinents. Je les suis avec grand plaisir !

(vu et corrigé par l’auteur)

_________________

Article en relation :

2 – Le « revenu minimum de base » à Saint-Pierre-et-Miquelon