A Saint-Pierre-et-Miquelon, le confinement général pourquoi ?

Je suis un retraité physiquement confiné mais encore libre de penser. Personne ne peut confiner la pensée. Même en prison, la lecture enrichit la pensée et l’écriture la libère. C’est dur de rester chez soi, privé de cet échange avec l’autre. C’est lorsque nous en sommes privés que nous pouvons lui redonner sa place essentielle. En attendant, je prends le temps de « déconfiner » ce que je pense de la situation exceptionnelle dans laquelle nous sommes placés. Peut-être la conséquence de l’inconséquence ?

____________________

Cette période d’incubation de 14 jours, voire de 20 jours, correspond au temps s’écoulant entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes (fièvre, toux, difficulté à respirer, etc.). Elle dure en général quelques jours mais peut atteindre deux semaines. C’est la raison pour laquelle une « quarantaine » d’au moins 15 jours est nécessaire pour empêcher toute contamination. Après cette période écoulée, il n’existe plus de risque ! Sauf si…j’y reviens en fin d’article.

Les résultats de l’étude ci-dessous de chercheurs Italiens nous invite à la réflexion pour un dépistage massif y compris des personnes qui ne présentent aucun symptôme. Dépister, diagnostiquer, traiter, c’est une démarche de soins ordinaire pour éradiquer une maladie.

Des scientifiques Italiens démontrent que des tests de masse ont arrêté Covid-19 là-bas

C’est un article du « The guardian » International, (« Scientists say mass tests in Italian town have halted Covid-19 there »), qui permet de prendre connaissance du résultat d’une étude scientifique, mise en œuvre par l’Université de Padoue, avec l’aide de la Région de Vénétie et de la Croix-Rouge, et qui a consisté à tester les 3 300 habitants de la ville, y compris les personnes asymptomatiques (personnes sans symptôme). J’en reprends ci-dessous les principaux passages.

__________

« Les chercheurs ont expliqué qu’ils avaient testé les habitants à deux reprises et que l’étude avait conduit à la découverte du rôle décisif dans la propagation de l’épidémie de coronavirus des personnes asymptomatiques. Lorsque l’étude a commencé, le 6 mars, il y avait au moins 90 personnes infectées à Vò. Depuis quelques jours, il n’y a pas eu de nouveaux cas.

«Nous avons réussi à contenir l’épidémie ici, car nous avons identifié et éliminé les infections« submergées »et les avons isolées. C’est ce qui fait la différence. »

La recherche a permis d’identifier au moins six personnes asymptomatiques testées positives pour Covid-19. « Si ces personnes n’avaient pas été découvertes », ont expliqué les chercheurs, elles auraient probablement infecté sans le savoir d’autres habitants. « Le pourcentage de personnes infectées, même asymptomatiques, dans la population est très élevé », a écrit Sergio Romagnani, professeur d’immunologie clinique à l’Université de Florence, dans une lettre aux autorités. «L’isolement des asymptomatiques est essentiel pour pouvoir contrôler la propagation du virus et la gravité de la maladie.»

«Ici, il y a eu les deux premiers cas. Nous avons testé tout le monde, même si les «experts» nous ont dit que c’était une erreur: 3 000 tests. Nous avons trouvé 66 positifs, que nous avons isolés pendant 14 jours, et après cela, 6 d’entre eux étaient encore positifs. Et c’est ainsi que nous y avons mis fin.  »

Cette étude démontre deux choses. La première est que sur un territoire délimité, qui pourrait être St Pierre, le dépistage permet d’identifier et d’isoler des personnes infectées qui n’avaient aucun symptôme et qui pouvaient répandre le virus sans le savoir. La seconde, c’est que le confinement de 14 jours est incontournable et doit impérativement être imposé à tous.

A Saint-Pierre-et-Miquelon

Dans toutes ses explications, le gouvernement précise que le confinement est imposé pour contenir la progression du virus et ainsi éviter un débordement des hôpitaux Français, ce qui est parfaitement compréhensible et adapté en métropole. Mais ici ? Depuis le début du confinement le 17 mars, aucun cas de COVID-19 n’est apparu dans l’archipel. Alors pourquoi un confinement général jusqu’au 15 avril ?

Le Préfet de l’archipel a décidé une réduction du nombre de vols et un confinement strict et systématique de 14 jours des personnes qui entrent sur le territoire. Cela concernerait 160 personnes à ce jour. Ce sont de bonnes décisions comme j’ai eu l’occasion de l’écrire dans cet article. (COVID-19 : « A Saint-Pierre-et-Miquelon, c’est la bonne méthode, mais… » !) Mais, si ces mesures sont bien respectées (?), pourquoi confiner tout le monde et bloquer l’économie du territoire jusqu’au 15 avril ?

Depuis le 17 mars, des salariés se retrouvent au chômage, des entreprises sont fermées, d’autres voient leur activité très réduite, d’autres travaillent sans moyens de protection, des familles sont éclatées et les personnes seules encore plus seules. Les principaux acteurs du territoires, préfet, élus, CPS, CACIMA, DCSTEP, services publics, associations, etc. se démènent pour « limiter la casse » et garantir la continuité de certaines activités dans des conditions de sécurité maximales.

Si depuis 15 jours aucun cas n’est relevé dans l’archipel, si tous les entrants sont strictement isolés, quels sont les risques ? Dans les jours qui viennent, ne faut-il pas réaliser des tests systématiques sur tous les entrants, sans exception aucune, même asymptomatiques, pour sécuriser encore plus le dispositif ? Cette réponse a démontré son efficacité partout ou elle a été mise en œuvre que ce soit, dans ce territoire Italien, à Singapour, à Taïwam ou en Corée et même en Allemagne. La situation de l’archipel, sa taille, sa population, ne peut pas être comparée à celle de la métropole. Le préfet a su prendre au bon moment les bonnes mesures qui s’imposaient pour faire barrage au virus. Mais maintenant, si la barrière est étanche, il n’y a aucune raison de faire peur à tout le monde. Menacer de contravention toutes les personnes qui vivent à Saint-Pierre et qui n’ont pas quitté l’archipel depuis plus de 15 jours, ça va un moment. Le temps passé à verbaliser celles et ceux qui n’ont pas correctement rempli leur « permission de sortie », serait mieux utilisé à surveiller les personnes en «quarantaine » stricte ! !

.

Les inconséquents obligent le confinement ?

Diverses sources m’informent que le confinement strict, imposé aux personnes qui viennent de rentrer dans l’archipel depuis le 17 mars, ne serait pas suivi par certaines personnes qui sortiraient de chez elles, comme si de rien n’était. Faut-il rappeler à ces inconséquents, doublés d’innocence, que des professionnels de santé, des médecins, biens plus instruits sur la question sont morts de ce virus ? Je n’ai pas les moyens de vérifier cette information même si les récentes interventions du préfet faisant preuve d’une grande fermeté, laissent à penser que c’est le cas. Si c’est confirmé, cette irresponsabilité mettrait en échec toutes les mesures que les 6000 confinés de l’archipel doivent respecter depuis le 17 mars pour éviter la propagation du virus. Elle justifierait la prolongation du confinement au delà des 14 jours et certainement au delà du 15 avril, car ce ne sont pas les contaminés de métropole que nous avons comme référence mais ceux de nos voisins canadiens. ! Ces délinquants potentiels devront rendre des comptes s’ils sont identifiés. La mise en danger d’autrui est un délit, comme l’a rappelé le Préfet.

Soit ! Si cette information est confirmée inévitablement le confinement sera prolongé ! C’est pourquoi il faut désormais que toutes les personnes qui entrent sur le territoire fassent l’objet d’un test de dépistage, seul capable de rassurer tout le monde sur l’étanchéité du dispositif.

En l’absence de test de tous les entrants, le confinement pourrait se poursuivre pour une durée indéterminée.

Comme tout le monde, je respecte les gestes barrières, je respecte les mesures prises qui sont imposées à chacun, mais, j’aurai du mal à accepter que cet état se prolonge du fait de quelques inconséquents que les pouvoirs publics ne peuvent pas isoler. Aujourd’hui, le confinement général paralyse le territoire, ses entreprises, son économie et ses habitants. Le dépistage systématique combiné aux 14 jours de confinement devient une évidence, une exigence. Le port du masque pour ces derniers pourraient aussi faire partie des précautions élémentaires.

Discipliné (ce n’est pas ma première qualité), je reste donc confiné en sachant que le quatorzième jour de confinement à St Pierre et à Miquelon sera le 31 mars ! Si ce confinement va au-delà, il faut en connaitre les raisons. Délinquance ? Manque de test ? Manque de masques ? Solidarité métropolitaine ?

Il nous faut des réponses.

____________________

NOTE du 2 avril: Dans le journal télévisé du 1er avril 2020, le Préfet annonce le dépistage systématique de toutes les personnes qui entrent dans le territoire.

__________________

Pour vous rassurer vous pouvez réaliser un autotest en suivant les recommandations des conclusions

https://maladiecoronavirus.fr/

__________________

Dans la presse:

2 commentaires

  1. une interdiction de sortie du territoire pendant 2 ans pourrait être rajouter a l’amende comme ça quand nous aurons le droit de sortir de l’archipel ceux là resteront a le veiller

    J'aime

    1. Le mieux ne serait-il pas de « déconfiner » toutes celles et tous ceux qui ne sont pas porteurs du virus ? C’est vrai que pour y arriver il faudrait dépister tous les entrants. Depuis le 2 avril ça commence…la suite est donc à venir.

      J'aime

Les commentaires sont fermés.