Professionnels de la santé ; la 3e dose ou la liberté ?

Il a fallu 6 mois pour se rendre compte que les vaccins avaient perdu de leur efficacité et il n’y a que 3 mois de recul pour mesurer les effets de la 3e dose administrée en premier en Israël. Les premiers résultats ressemblent fort à ceux annoncés au début de la vaccination. Elle permettrait de réduire les chances de faire une forme grave de 93 %, comparé aux personnes qui ont reçu deux doses. Dans un article de la « Revue Internationale de Médecine », la 4e dose et les suivantes sont mises en perspectives.

« Mais dans l’État hébreu, on songe déjà à la quatrième dose. « Nous devons également nous préparer à une quatrième injection » a annoncé le professeur Salman Zarka, principal conseiller scientifique du gouvernement israélien. « Tous les quelques mois, nous aurons besoin d’une nouvelle injection, cela va être notre vie à partir de maintenant » a-t-il ajouté. » (Source : JIM du 19 septembre 2021)

Personnes soumises à l’obligation vaccinale l’avenir est entre vos mains.

Pour le moment, la 3e dose n’est pas obligatoire sinon les hôpitaux et autres structures fermeraient. Le gouvernement, ou plutôt le Conseil de défense qui gère l’épidémie, va adopter la même technique que pour la première vague de vaccination à savoir ; il va motiver les agents, ou plutôt les culpabiliser, pour obtenir un bon score et dès qu’un cap acceptable sera atteint, il rendra la 3e dose obligatoire.

Donc, si les professionnels de la santé veulent mettre fin à l’obligation vaccinale, il leur suffit de refuser la 3e dose qui ne poursuit aucun but de santé publique !

Les Martiniquais ont montré la voie. Avec moins de 50 % de vaccinés, l’obligation vaccinale est tombée (le directeur du CHU aussi !). Donc, si vous ne souhaitez pas subir une injection tous les 6 mois pour un résultat nul, ne succombez pas à la 3e dose. Vaccins au résultat nul, car il est désormais démontré, Premier ministre en tête, que les vaccins ne protègent pas du virus, et n’empêchent pas de le transmettre. De plus, les professionnels de santé masqués, sont quasiment tous âgés de moins de 65 ans et connaissent un risque très limité de formes graves pour eux-mêmes.

Enfin, un article très intéressant publié dans le LANCET le 20 novembre sous le titre , COVID-19 : stigmatiser les personnes non vaccinées n’est pas justifié, indique qu' »Il est de plus en plus évident que les personnes vaccinées continuent de jouer un rôle important dans la transmission«  ;  » qu’il existe une charge virale élevée même chez les personnes complètement vaccinées » ; qu’aux États-Unis, « sur 10 262 cas de COVID signalés sur des personnes vaccinées, 9,7 % étaient hospitalisées et 1,6 % sont décédées ». Enfin, « En Allemagne, 55,4 % des cas symptomatiques de COVID-19 chez des patients âgés de 60 ans ou plus concernaient des personnes complètement vaccinées, et cette proportion augmente chaque semaine« . 

(Le LANCET c’est le journal officiel international de la recherche).

Il est donc faux de dire que 100 % des personnes hospitalisées sont des non-vaccinées, surtout lorsqu’on apprend que le CHU de Guadeloupe ne déclare aucune hospitalisation en mentionnant le statut de vacciné. Les informations officielles sont tronquées, manipulées et souvent mensongères !

Donc un traitement par médicament expérimental qui ne protège pas, qui n’empêche pas la transmission et qui ne garantit pas contre les formes graves est un artifice.

Il devient donc inutile !

__________

Pour s’informer en toute liberté sur les vaccins, parmi tous les médecins, scientifiques et autres spécialistes de la question, je vous propose un entretien avec Idriss J. Aberkane.

Idriss Aberkane, n

Idriss J. Aberkane

« HUFFPOST » : « Docteur Idriss ABERKANE, né en 1986, professeur chargé de cours à Centrale-Supélec, ancien interne du département de psychologie expérimentale de l’université de Cambridge, chercheur à Polytechnique, chercheur affilié à Stanford (Affiliate Scholar du Kozmetsky Global Collaboratory de l’Université de Stanford ), Professeur d’économie de la connaissance dans le MBA de la Mazars University et Ambassadeur du Campus des Systèmes Complexes Unitwin/Unesco. Son essai « Economie de la connaissance » a été traduit en chinois, anglais et coréen et il a été invité à donner plus de cent conférences sur quatre continents. Il crée en 2009 un opérateur de microcrédit agricole à taux zéro dans la vallée du fleuve Sénégal, puis, avec Serge Soudoplatoff, une société de jeux vidéos éducatifs, Scanderia. Il est éditorialiste au magazine Le Point. »

__________

Abonnez-vous aux publications du blog !

Entrez votre adresse mail en bas de la page à droite pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

1 commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s