« Si tous les dégoûtés de la politique partent, il ne restera plus que les dégoûtants ».

Cette phrase a retenu mon attention. Je la reprends à la suite de la décision du Conseil constitutionnel qui valide en grande partie la loi qui impose la vaccination, le passe sanitaire, etc. Comme beaucoup, je suis déconcerté.

Il y a quelques jours, j’avais écrits, « Il reste le recours au Conseil constitutionnel, mais là encore, il existe un réel doute sur sa capacité à contrer le gouvernement. (voir ICI) » Le Conseil constitutionnel, c’était déjà opposé à la transparence sur le prix des médicaments (Lire ICI). Là, il vient de valider des principes qui vont profondément changer notre régime. Le doute s’amplifie !

Avec l’image ci-dessous, il est légitime de s’interroger sur les nombreux conflits d’intérêts que ce régime nouveau amplifie. Un État délabré, infiltré par des intérêts privés mercantiles, devenu incapable de décider en dehors des directives données par ses cabinets conseils. Le parlement est ridiculisé, les corps intermédiaires sont écartés de tout avis contraignant, (associations, syndicats, etc.). Oui, progressivement la France s’éloigne de ce qui a fait son histoire et ses valeurs.

Tout ceci peut paraître abject, peut dégoûter de la chose publique, mais « Si tous les dégoûtes de la politique partent, il ne restera plus que les dégoûtants ». Cette phrase est extraite d’un devoir de vacances de Manon Aubry, députée européenne que je reproduis en intégralité ci-dessous tellement elle fait du bien.

Si l’on veut chasser les dégoûtants, il faut résister, s’engager.

__________

DES PROMESSES EN POLITIQUE ET À SOI-MÊME : UN BILAN PERSONNEL DE MA 2ÈME ANNÉE DE MANDAT

S’éloigner de l’agitation politique. Prendre (enfin !) le temps de déconnecter. Voilà mon programme pour les prochaines semaines. Parce que je m’étais promis de ne pas être complètement happée par la vie politique. Parce que derrière nos combats politiques, nous devons rester des êtres humains. Parce que des élus coupés de la réalité, il y en a trop. Et que c’était une de mes lignes rouges que je m’étais fixée dans une lettre que je me suis écrite à moi-même avant de sauter le pas et de plonger tête la première dans le grand bain de la politique.

Alors que se termine ma 2ᵉ année de mandat, c’est l’occasion de relire cette lettre. Et de faire un premier bilan. Personnel et subjectif, forcément. La politique plus utile que l’associatif ? Nombreux dans mon entourage me demande si je regrette mon saut en politique. Ils voient mon rythme de vie transformé et accéléré et m’interrogent : était-il utile de quitter le monde associatif (Oxfam) pour entrer dans le jeu politique ?

Deux ans plus tard, je n’ai aucun regret. Certes, le travail purement associatif me manque parfois. Notamment, parce qu’il demeure bien moins violent et à certains égards, moins épuisant que le monde politique.

Parce qu’il m’a permis d’enquêter et de documenter les pires pratiques d’évasion fiscale, un travail de fond bien éloigné des polémiques politiciennes auxquelles je suis sans cesse sommée de répondre. Parce qu’il a vocation à faire l’agenda médiatique plutôt qu’à se le faire dicter sur des thématiques souvent montées de toutes pièces par l’extrême droite.

Mais non, je n’ai aucun regret. D’abord, parce que si tous les dégoûtés de la politique partent, il ne restera plus que les dégoûtants.

Ensuite, parce que je reste convaincue que ce sont de ces passerelles entre le monde associatif et le monde politique que peut naître un élan de transformation, une véritable « union populaire » et créer une dynamique en capacité de l’emporter. Mais surtout, parce que la politique reste le principal moyen de changer la vie (« ici et maintenant » pour reprendre un vieux slogan qui a depuis été bien dénaturé…). De sortir des millions de gens de la pauvreté. De garantir un emploi à tous. D’éviter la catastrophe écologique. De mettre fin aux paradis fiscaux.

Et voilà ce qui m’anime toujours, deux ans après.

Le syndrome de l’imposture. Alors comment trouver sa place ?

C’est une vraie question. Et je mentirais si je disais que c’était la chose la plus facile. En politique, il est rarement permis d’hésiter ou de douter. J’ai d’ailleurs toujours été frappée par l’assurance que dégagent tous les hommes politiques (souvent des hommes d’ailleurs). La réponse à tout. La certitude de toujours avoir raison. D’être dans le vrai.

J’ai la particularité d’avoir été projetée dans le monde politique sans avoir eu à patiemment faire ma place, ou à me vendre pour grimper les échelons. C’est une vraie chance, car je ne me sens pas redevable et peux librement faire mes choix politiques sans calcul.

La sincérité, ça n’a pas de prix pour moi en politique.

Mais il est évident que j’ai parfois l’impression d’être entrée là par effraction. Me sentir illégitime. Pas à ma place. Je sais que je ne suis pas la seule. D’autres l’ont écrit avant moi. C’est le syndrome de l’imposture, vécue bien plus souvent par des femmes. Et qui les pousse souvent vers la sortie. Alors je veux dire qu’il n’y a rien de honteux. Qu’il est normal de douter. Que nous ne sommes pas des robots politiques. Et j’en suis même convaincue, c’est aussi ça qui fait notre force.

Alors, oui cela nous éloigne peut-être de l’image des guerriers qui partent au combat la fleur eu fusil. Mais j’assume de refuser ce cadre à la fois violent et puéril de petits garçons qui jouent à la guerre. Députée activiste ! Ma légitimité, je l’ai trouvée ailleurs. Dans la poursuite de mes combats associatifs dans le monde politique : c’était aussi une de mes promesses que je m’étais écrite, il y a plus de deux ans.

Car après tout, je ne me définis pas comme une élue. Mais comme une activiste.

Une activiste au Parlement européen. Un pied dans les institutions européennes pour mener le combat, et un pied auprès des mouvements sociaux et luttes sur le terrain. Oui, mon objectif est de faire tomber les murs si épais qui existent entre les institutions européennes et la vraie vie. C’est vrai que ça leur fait parfois drôle d’avoir une élue qui dit les choses directement, porte fièrement les habits de Rosie la Riveteuse en honneur au combat féministe ou se présente avec un T-shirt « taxez les riches ». Mais j’assume. Joindre le geste à la parole et sortir du ronron institutionnel dans lequel se sont enfermés trop d’élus. Quitte à secouer.

Secouer Ursula Von-Der-Leyen, la présidente de la Commission européenne, sur l’opacité des contrats avec les labos pharmaceutiques,

Secouer les États européens parmi les pires paradis fiscaux du monde, ceux dont on ne doit pas prononcer le nom à tel point qu’on se croirait tout droit sorti d’Harry Potter,

Secouer les lobbies en révélant et dénonçant le rôle qu’ils jouent en coulisses comme le MEDEF pour torpiller une mesure de lutte contre l’évasion fiscale,

Secouer les multinationales qui violent les droits de l’homme,

Secouer la banque centrale européenne en se battant pour une annulation de la dette,

Secouer milliardaires et grandes multinationales en proposant une taxation sur les profiteurs de la crise.

Et pour tout ce travail, j’ai la chance de pouvoir compter sur une équipe brillante. Car oui, la politique est avant tout une aventure collective. C’est certes ma bobine qui passe à la télé, mais il y a aussi derrière une formidable équipe qui bosse au quotidien avec moi pour réaliser tout ce travail. Et je veux ici les remercier, car c’est aussi bien trop rarement le cas en politique.

Alors certes, nous n’obtenons pas gain de cause sur tout. Mais le vote au Parlement européen appelant à la levée des brevets, c’est notre amendement après un an de bataille sans relâche. Le vote d’une proposition sur le devoir de vigilance des multinationales pour mettre un terme à leur impunité, mon initiative et notre texte, au terme d’une magnifique campagne « #QuiCommande » à laquelle vous avez été nombreux à participer. Ou encore, c’est nous qui avons porté les débats sur l’annulation de la dette publique ou les paradis fiscaux.

Mais je considère également notre rôle comme celui de lanceur d’alerte.

Pour vous informer sur ces contrats opaques entre les institutions européennes et les labos pharmas. Sur le rôle qu’ont joué les lobbies dans les négociations européennes pour torpiller les mesures de lutte contre l’évasion fiscale. Pour dénoncer le pass sanitaire européen. Ces nouveaux accords de libre-échange qui vont être signés. Et tant d’autres.

C’est aussi pour cela que je m’attache en toute transparence à rendre de compte de manière régulière de mon mandat. Nous sommes enfin un point de relais. Sur lequel j’espère, nous pourrons nous appuyer quand il s’agira de construire une alternative en France et en Europe. Mais d’ici là, il faudra recharger les batteries. Il est temps pour moi de (vraiment) déconnecter quelques jours. Je commence par reprendre les chemins de rando. Prendre soin de mes proches. Me vider la tête. Préparer la prochaine saison de water-polo (oui, maintenir mes entraînements de water-polo c’était aussi une de mes promesses 😉). Car le meilleur moyen de tenir des promesses politiques n’est-il pas de commencer par se tenir ses propres promesses à soi-même ? Je vous embrasse. Et prenez soin de vous.

Manon »

__________

(Manon Aubry – wikipédia)

1 commentaire

  1. Super d accord sur la vision du monde politique cynique et machiavélique….les routiers s organisent pour bloquer les route en septembre tant que le pass existera….on résiste, on reste lucide et aussi déterminé, on nous remercira plus tard….

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s