Pour un petit quai à Langlade

J’ouvre les colonnes de mon blog à Henri-Paul Artur, dit Riquette. Il souhaite s’exprimer publiquement avec le soutien apprécié de Jean-Marie Yon, capitaine du “Jeune-France” et fin connaisseur de Langlade. Voici son texte.

_________

Bonjour,

Je souhaite rebondir sur la conclusion de l’article du blog « L’isthme de la discorde »:

« Pour le long terme, les rapports ne sont pas très optimistes, mais ils ne prennent pas en compte les interventions possibles de protection de l’isthme qui seront entreprises d’ici 2100, date prévisible d’une séparation naturelle ! Fixer un objectif, programmer, financer pour les générations futures.« 

__________

ALORS ???? Vu la situation de la route de l’isthme, ne pourrait-on pas mettre en œuvre (Enfin!!!) la construction d’un petit quai à Langlade ? Cela ne freinerait pas la remise en état de la route qui forme un cordon ombilical entre Langlade et Miquelon. Ça s’ajouterait !

Jadis, aux premiers temps de villégiature sur Langlade et dans un souci de tranquillité, les quelques résidents trouvaient prétexte à ne pas envisager la réalisation de cet ouvrage. Maintenant, au regard des nombreuses constructions, la situation n’est plus la même. Plus de 600 personnes la fréquentent régulièrement en été, résidents et autres visiteurs venus d’ici et d’ailleurs.

Cela ne serait pas préjudiciable pour la grande Miquelon puisque complémentaire à la route de l’isthme dans un souci sécuritaire et pratique.

Avec la route de l’isthme fermée pour causes de ruptures à plusieurs endroits, le seul accès possible est par Sauveur à marée basse. Dans ces conditions, on comprend l’inquiétude de la mairie de Miquelon pour assurer au mieux la sécurité des personnes et des biens sur Langlade. Même dans des conditions normales de circulation et surtout en cas d’évacuations sanitaires, une route ouverte sur la mer par un quai à ses deux extrémités, offrirait davantage de garanties pour la santé, la sécurité et le confort des personnes évacuées.

La deuxième raison est pour le côté pratique au niveau touristique.

Peut-on trouver plaisir à prendre un bain de pieds en débarquant au plain quand l’âge arrive, que la diaspora en visite familiale souhaite passer la journée à Langlade après un voyage agréable avec l’équipage du « Jeune-France » ?

À l’exemple de l’île aux marins, l’agencement de la cale pour l’accostage de la navette permet à bon nombre de personnes âgées de faire un retour aux sources sans nostalgie pour le doris du port. De même, les jeunes parents peuvent aussi avec leurs poussettes pliables débarquer et se promener avec facilité.

Au regard de ce qui s’est fait en Gaspésie, à l’île Bonaventure, leur quai est largement exposé aux conditions de mer comme à Langlade. Ce quai, loin d’être une utopie pourrait être construit à l’Anse du Gouvernement, à la pointe au gendarme. Les entreprises de travaux publics de Saint-Pierre sont largement capables de réaliser ce genre d’ouvrage.

Si pour des raisons de commodité maritimes et touristiques, il est indispensable d’investir sur les côtes d’en face, (quai de fortune), pour les mêmes raisons (auxquelles s’ajoute la sécurité des personnes), il serait bien d’investir sur un petit quai à Langlade pour que le « jeune France » puisse accoster dans des bonnes conditions de sécurité et de confort pour tous, passagers et équipage

Et pour un clin d’œil à l’expression locale, y’aura encore cet été « du monde comme du poil » sur le plain à Langlade !

Henri-Paul Artur… Riquette

_____

Note : Jean-Marie Yon, trouve l’idée pertinente et réalisable, et ajoute que dans le passé une étude a été réalisée en ce sens.

__________

Rappel : « Le site de débarquement des passagers du Jeune France saturé à Langlade »

__________

Parc national de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé –

3 commentaires

  1. Je trouve la construction d’un quai à Langlade indispensable pour le confort des résidents, touristes et personnes âgés qui souhaiteraient y aller pour la journée.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.