Biden le futuriste contre Macron le ringard

Depuis les années 1980, les élites nous enferment dans la prison des esprits (1). Par exemple, la dette justifierait l’austérité et ce serait la seule réponse possible. Or, Joe Biden aux États-Unis, engage son pays dans une autre voie, estimant que le déficit public peut devenir la source d’un meilleur social et du plein-emploi.

Le peuple français a choisi la jeunesse d’un président qui s’enferme dans un modèle du passé pendant que les Américains penchent pour « un vieux  » dont l’expérience offre des perspectives futuristes. Pendant que les États-Unis créait de la monnaie pour son économie, l’Europe le fait pour renflouer les banques.

Par exemple, après la crise des 2007/2008, l’Europe a injecté 1 000 milliards d’Euros dans le système bancaire (Libération Piketty – 28/10/2008) . Le système est tellement opaque que des économistes se demandent « Où sont passés les 1000 milliards de la Banque Centrale Européenne ? »

L’économie réelle, celle qui sert à rémunérer le travail, les retraites, le chômage, la sécurité sociale, etc., n’a rien vu de ces milliards. La crise s’abat sur le peuple et fait exploser le chômage et les jeunes payent un lourd tribut à la crise ! (Figaro 27/01/2010)

Ce n’est donc pas la bonne voie !

Aucun enseignement des crises précédentes !

…. Et comment s’en étonner ? Les politiques économiques menées depuis les années 1980 sont le produit de l’influence des grands lobbies de ce monde sur le pouvoir politique. Lobbies bancaires, lobbies de l’industrie alimentaire, lobbies de l’industrie pharmaceutique, lobbies de l’industrie chimique, etc. En définitive ces crises ont révélé combien les lobbies ont pris le pouvoir au point désormais d’imposer aux États des traités de libre-échange qui ne pourront en aucun cas porter tort à la rentabilité des grands groupes du commerce international (Article intéressant sur le sujet : « Les lobbies vus par les sciences sociales »).

Note : « Un accord de libre-échange ou traité de libre-échange est un accord international passé entre deux ou plusieurs États pour favoriser le commerce international, en général en diminuant les taxes et les contrôles douaniers et en supprimant les réglementations nationales susceptibles de gêner l’importation des biens, des services, de la main-d’œuvre et des capitaux étrangers. » (voir ICI)

Le président Macron est en quelque sorte un animateur de la classe des lobbies. Pour compéter cette introduction et illustrer les lignes qui suivent, je vous conseille l’écoute de la vidéo de 12 minutes ci-dessous qui explique très simplement le contexte et les différentes voies du possible en France.

__________

La sagesse futuriste va-t-elle ringardiser la jeunesse passéiste ?

_____

Du côté de la sagesse futuriste, Joe Biden.

Le Congrès Américain vient d’adopter le plan de relance Covid de 1 900 milliards de dollars souhaité par Joe Biden.

Nous sommes peut-être en train de vivre un revirement économique extraordinaire qui pourrait ouvrir de véritables perspectives apaisantes pour le monde d’après.

L’ancienne conseillère du démocrate Bernie Sanders lors des présidentielles américaines de 2016 et 2020, Stéphanie Kelton a intégré l’équipe de Joe Biden. Cette économiste américaine, a exposé une « révolution copernicienne » dans son livre « Le mythe du déficit. La théorie moderne de la monnaie et la naissance de l’économie du peuple ». En réalité, pour elle, un État qui a le pouvoir d’émettre la monnaie ne peut pas en être à court.

Selon Stephanie Kelton, les gouvernements doivent s’efforcer d’équilibrer l’économie plutôt que leurs comptes, en assurant le plein-emploi et une inflation sous contrôle.

C’est certainement sous cette influence que des sommes considérables sont allouées au redémarrage de l’économie américaine. Quelques chiffres :

  • 350 milliards iront directement aux États et collectivités locales pour leur permettre de réembaucher les millions de fonctionnaires mis au chômage technique.
  • Quelque 100 milliards iront au secteur de la santé, pour, entre autres, aider la campagne de vaccination et le dépistage.
  • Enfin, 170 milliards sont alloués aux écoles pour leur permettre de rouvrir tout en mettant en place des dispositifs de sécurité (ventilation rénovée, masques, classe par roulement).
  • Les PME et secteurs essentiels reçoivent également quelque 135 milliards de dollars, dont 25 pour la restauration.

Une étude du Tax Policy Center estime que les 20 % des Américains les plus pauvres vont voir leurs revenus augmenter de 20 % en 2021. À l’inverse, les 1 % les plus riches ne recevront aucun bénéfice.

À tout ceci, s’ajoutent 2 400 milliards de dollars sur quatre ans pour « décarboniser » l’économie américaine tout en générant des emplois. (Lire : Biden : son plan pour la transition écologique est-il réalisable ? »

Seules les classes les plus aisées et les grandes entreprises sont boudées par le plan.  En effet, il contient l’équivalent de 60 milliards de dollars de hausse d’impôts les ciblant, sous la forme de suppression de niches fiscales et d’augmentation de l’impôt sur les sociétés.

Est-ce un véritable changement de dogme économique ? On ne peut pas le dire encore et les années qui viennent permettront d’en tirer les enseignements. L’aile gauche de Joe Biden veut aller beaucoup plus loin, alors que la droite s’interroge. Ce qu’il y a de certain, c’est que cette politique est à l’inverse de toutes celles suivies aux États-Unis et dans le monde occidental depuis 40 ans !

_____

Un Emmanuel Macron ringardisé

De son côté, enfermé dans une Europe figée, le président Macron se perd dans les vielles recettes. Il a commencé son quinquennat par la suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) pour finir par une remise en cause des droits et protections des plus pauvres, ceux qui ont perdu leur emploi. Les retraités suivront !

Avant même la fin de la crise sanitaire, ce sont les chômeurs qui vont payer les premiers ! Dès le 1er juillet, la baisse de l’indemnité journalière sera de 17 % en moyenne, mais pourra, dans certains cas, dépasser 40 %, selon une étude d’impact de l’Unédic.

« Pour son second mandat, Macron promet l’austérité ! » C’est le titre explicite d’un article de Romaric Godin dans les colonnes de médiapart. Surtout ne rien changer en poursuivant la réduction des dépenses publiques ; poursuite du blocage des salaires dans la Fonction publique, suppressions d’emplois, privatisations, baisse des retraites, etc. Tout y passera.

Il faut donc être clair, poursuit le journaliste : « le programme du gouvernement Macron vise à institutionnaliser l’austérité. […] Il est piquant de constater que la seule leçon que les locataires de Bercy ont retenue de la crise sanitaire a été qu’il fallait appliquer à l’État dans son ensemble le régime qu’on a appliqué depuis dix ans à la santé… »

On peut mesurer le résultat prévisible en observant le délabrement dans lequel se trouve aujourd’hui le système hospitalier. Il préfigure de l’état de la France après le passage de Macron à la tête de l’État puisque les mêmes recettes vont s’abattre sur les mêmes secteurs. Seuls les riches vont s’en sortir et ce n’est pas une espérance pour la jeunesse.

__________

À quand, l’Europe sociale ?

À l’image des États-Unis, qui créaient de la monnaie pour relancer l’économie réelle, l’Europe serait bien inspirée de les imiter. Les milliards injectés par l’Europe durant la crise ne sont pas suffisants pour booster l’emploi, les salaires et la transition énergétique. En Europe, malgré la monnaie unique, les intérêts des uns s’opposent aux intérêts des autres et ainsi, rien n’avance en matière sociale et écologique. C’est pourquoi, sans un revirement de stratégie économique, il est fort à parier qu’à moyen terme, cette Europe là ne survivra pas aux conséquences de cette crise.

__________

(1) « La prison des esprits » est une formule de François Boulo, auteur du livre « Reprendre le pouvoir – éditions les Liens qui Libèrent

__________

La vidéo ci-dessous date de 2018. Elle permet de mettre en relief la politique économique Française menée par le Président Macron avec le recul nécessaire pour évaluer la justesse du propos. Thomas Porcher a le mérite de mettre à la portée de chacun des choses que les élites voudraient complexifier. Or, c’est relativement simple.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s