Saint-Pierre-et-Miquelon déconfiné dès lundi 27 avril, mais !

Le décret vient de paraître (enfin) ce soir ! « A Saint-Pierre-et-Miquelon, le représentant de l’État est habilité à prendre des mesures d’interdiction proportionnées à l’importance du risque de contamination en fonction des circonstances locales, notamment en les limitant à certaines parties du territoire. » Il vient d’en faire part au journal télévisé ce soir 25 avril !

C’est donc une bonne nouvelle pour tous les habitants et pour certains commerces. Les écoles rouvrent à la fin des vacances scolaires mais, pour les restaurants, les bars et les festivités, ce sera plus tard et certaines sont interdites !!! (?).

Nous avons peu de masque, peu de tests et pourtant nous ne connaissons aucun cas de Covid-19 dans l’archipel ! Le seul cas testé positif au COVID-19 c’était le 4 avril. La procédure, confirmée par le Préfet et l’ATS prévoit dans ce cas, un confinement strict de 20 jours qui ne peut être levé qu’après 2 tests négatifs espacés de 3 jours. Le premier test est revenu négatif et normalement, il n’y a plus de trace de virus dans l’archipel. (4 avril + 20 jours = 25 avril)

Le 10 avril, le Conseil scientifique, qui est d’une frilosité sans nom, (voir article ICI), admet qu’un déconfinement prudent peut-être organisé à Saint-Pierre-et-Miquelon. Ne voyant rien venir après l’avis du Conseil Scientifique, le vendredi 17 avril, les élus à l’unanimité – député, le sénateur, président de la Collectivité, les 2 maires, le futur maire de Saint-Pierre – adressent une demande à l’État, pour « un déconfinement anticipé et contrôlé » des habitants de Saint-Pierre et Miquelon. Il aura fallut 8 jours supplémentaires au gouvernement et à notre ministre pour réagir. C’est normal ! Toutes les décisions qu’il a pris depuis le début de la crise sont en décalage de 15 jours sur le reste du monde (masques, tests,etc.). LREM se disait fière d’être composées d’amateurs ! Là, elle est en train de le prouver !

Donc, résumons-nous : il n’y a aucun cas dans l’archipel. Le virus ne circule pas et s’il avait circulé, au bout de 20 jours maximum il serait mort (durée de la contagiosité du virus retenue par les autorités locales). Tous les entrants dans l’archipel ont fait l’objet d’un test négatif. Tous ceux qui entrent sont soumis aux mêmes conditions. Nous pouvons donc affirmer que le COVID-19 n’est pas présent dans l’archipel, ce que le Préfet à confirmé au Journal télévisé !

Alors la sage décision de déconfinement des habitants de l’archipel a été enfin prisetout en maintenant le confinement du territoire – et c’est bien ! Mais !

Mais il y a des logiques qui m’échappent. En l’absence totale de virus donc, les écoles vont rouvrir ! Dans quelles conditions ? Et la mairie ? Le travail doit reprendre lundi, c’est à dire que les crèches et garderies doivent être opérationnelles ?? Mais est-ce que la mairie va pouvoir rouvrir lundi en prenant connaissance de la levée du confinement le samedi soir au journal télévisé ?

Suis-je impertinent lorsque je me demande pourquoi, dans ces conditions n’en est-il pas de même des bars et des restaurants ? Le virus serait-il en état d’hibernation sous les tables des restaurants et les comptoirs des bars en attendant le déconfinement ? J’ai même entendu dire d’un responsable d’école de métropole qu’il ne rouvrirait pas l’établissement tant qu’il ne serait pas désinfecté ! Mais tout le monde a pu lire que le virus ne pouvait survivre que quelques heures à l’air libre. Or les écoles sont fermées depuis plusieurs semaines. Alors ils vont désinfecter quoi ? Toute réflexion rationnelle serait impossible ?

Le débat est posé en métropole ! Pourquoi les écoles, les entreprises, le métro, et pas les bars et restaurants ? Les enfants serviraient-ils de tests sur la possible seconde vague du virus ? Ce sont les parents qui décideront ou pas d’envoyer leurs enfants à l’école ? Là-bas, en métropole, c’est du grand n’importe quoi !

.

A SPM : virus or not virus ?

A Saint-Pierre-et-Miquelon la situation est plus rassurante et apaisée mais l’amateurisme du gouvernement semble avoir franchit l’atlantique ! Le virus ne circule pas ! Nous avons cette chance ! Pardon, le Préfet, les élus et n’oublions pas la Cacima, ont pris les bonnes décisions au bon moment pour éviter que le virus n’entre dans le territoire. Le gouvernement ne s’en est pas mêlé, heureusement !

Selon le préfet,

Ces mesures de confinement de l’archipel vont se poursuivent pour nous protéger de l’extérieur jusqu’à fin juin ? je confirme c’est bien ! Mais après ? Le virus ne sera plus présent sur la planète ? Des tests sérologiques seront-ils opérationnels dans l’archipel pour éviter les quatorzaines ? Le Préfet change t-il de stratégie en voulant sortir l’archipel du confinement en juin ? Ou veut-il absolument que les vols directs soient maintenus en faisant sauter la quatorzaine et le confinement de l’archipel ? Est-ce pour satisfaire une demande extérieure à l’archipel ? Des gens de la-bas ?

En l’état actuel de la présence de l’épidémie à l’extérieur de l’archipel c’est pour le moins prématuré d’affirmer cela ! C’est la même chose pour la position de 3 élus qui souhaitent que les vols directs soient supprimés cet été ! Pour eux, il est impossible de maintenir le confinement du territoire tout en accueillant 100 personnes par semaines ! C’est juste avec les données actuelles. Mais dans deux mois ? Avec le recul de la pandémie (voir en bas d’article), avec les tests sérologiques en cours de certifications (1), cette demande sera t-elle toujours justifiée ? (Vous voyez, de temps en temps lorsque c’est du bon sens, je peux partager l’avis de notre ministre locale ). Que ce soit le préfet ou les élus, il semblerait qu’un mois de délai supplémentaire soit nécessaire avant de prendre des décisions qui engagent l’été ! Mais de grâce que ceux qui ne vivent pas ici ne s’en mêlent pas ! Aux élus de l’archipel de s’affirmer !

Enfin ! Les échanges entre les iles sont toujours suspendus jusqu’au 11 mai ! Pourquoi ? On attend des postillons de virus d’ici là ? Les fêtes de familles devront être évitées ! Sans blague ! Les festivités d’été annulées ! Mais pour quelles raisons ? Ou le virus circule ou il ne circule pas ! C’est pas compliqué ça ! Si, comme le dit le préfet le virus ne circule pas, il n’y a aucune raison de faire comme s’il était là !

Alors pourquoi ne pas ouvrir les bars et les restaurants ? Et si le confinement se poursuit, pourront-ils rouvrir ? Ne seront-ils pas en faillite ? Si j’avais un bar ou un restaurant je serais fou de rage de subir tant d’incohérence ! Pourquoi ne pas reprendre les échanges avec Miquelon ? Pourquoi demander aux familles de limiter les fêtes ?

En l’absence totale de virus le déconfinement devrait être total, y compris pour les festivités de cet été qui n’invitent que les habitants de l’archipel !

__________

Je comprends les craintes et les inquiétudes de celles et de ceux qui sont d’une santé fragile et qui doivent redoubler de vigilance. Là ou le virus ne circule pas, il n’y a aucun risque ! Qui de bonne foi, peut soutenir le contraire ? Il est donc inutile d’aggraver l’état de santé des plus fragiles en ajoutant la peur au risque ! Les facteurs émotionnels, l’anxiété, la dépression ou les chocs (deuils…) peuvent affecter un organe ou un système physiologique. Alors plutôt que d’inquiéter la population et surtout les plus fragiles, il serait plus utile d’observer la réalité du territoire, qui n’est ni la métropole, ni le Canada, ni les États-Unis !

______________

(1) Tests sérologiques: Le 25 avril 2020 la France se demande si les tests sont valables alors qu’ils sont pratiqués en Allemagne depuis le mois de février !

.

Un peu d’humour quoi que ?

Donc, il n’y a pas de masque pour la population, pas de test généralisé et toujours pas de virus présent. Nous sommes trop forts ? Mieux que Taïwan ! J’ai plutôt tendance à penser que les mesures de confinement de l’archipel (et non des habitants) nous protègent ! J’imagine déjà le dialogue avec une amie Saint-Pierraise que je n’ai pas croisée depuis plus d’un mois :

  • – Hello ! Qu’est ce que je suis content de te revoir enfin !
  • – Ho lala, moi aussi tu peux pas savoir.
  • – T’as été testée ?
  • – Ben non ! Chui pas malade !
  • – Ça t’en sais rien. Tu peux être porteuse du virus sans le savoir.
  • – Ben non, j’ai pas quitté l’archipel depuis cet été !
  • – Oui, mais y a des gens qui disent que ça veut rien dire !
  • – Ah bon ? Ils sont experts ?
  • – Non mais, ils disent qu’il est peut être là et qu’il y a que les tests qui peuvent dire si tu l’as ou si tu l’as pas !
  • – Ah bon ? Il faut que je passe un test avant de te faire la bise ?
  • – Mdr ! C’est ça oui !
  • – Mais ça va durer combien de temps ?
  • – Là je ne peux pas te dire car les tests adaptés sont en cours de certification par les autorités. Normalement fin mai ou juin et pour l’archipel. Peut-être en juillet ou en août ?
  • – C’est du délire ! En Allemagne ils testent depuis février !
  • – Attends ! En plus ils ne pourront pas tester tout le monde. Ils disent que ça sert à rien.
  • – Ah bon ? ça veut dire que si je ne suis jamais testée je devrais toujours respecter les gestes barrières ?
  • – Ouais ! c’est ça, je crois ! Tant que le virus circule ailleurs. Peut-être jusqu’à la vaccination !
  • – Mais ici, il circule pas !
  • – Virus ou pas virus c’est comme ça !
  • – Débile ! Ben alors, c’est pas demain qu’on pourra se faire des fricassées de museaux.

__________________________

.

Complément : L’évolution du COVID-19

L’internaute : Covid-19 en France : cas, morts et hospitalisations… Statistiques

_________________

6 commentaires

  1. Difficile de se retrouver dans les imbroglios de décisions qui souvent se contredisent entre les avis des personnes de l’art (médecins, professeurs de médecine, virologues infectiologues etc ,) et le pouvoir politique laissant les soignants et le public dans un flou permanent qui ne rassure absolument pas. Bon deconfinement a nos amis Saints-Pierrais et Miquelonnais que nous retrouverons au cours de l’été 2021 ainsi qu’à toute la population de l’archipel

    J'aime

    1. 20 jours+2 jours pour le 1er test négatif + 3 jours d’attentes + encore 2 jours pour obtenir le résultat du 2nd test = 27 jours! La tristement célèbre personne contaminée n’est donc pas encore lavée de tout soupçons!

      De plus, notre archipel n’est heureusement pas totalement hermétique. Il reste des possibilités de contaminations accidentelles, soit par erreur auprès des nouveaux arrivants, soit par mauvais respect des procédures dérogatoires pour les quelques personnes ayant encore le droit de s’approcher du Canada. Le risque zéro n’existe pas!!!

      J'aime

  2. Chacun comprend que cette épidémie qui nous confine dans nos demeures, est difficile à supporter. La fin du confinement est pour demain 27 Avril 2020. « Le décret vient de paraître (enfin) ce soir ! » (Les citations entre guillemets, sauf la dernière, sont des citations du blog de Denis GARNIER). Le mot « enfin » ici peut indiquer que chaque habitant de Saint-Pierre est saturé de s’enfermer. Mais les saint-pierrais sont trop peu nombreux à profiter de cette heure quotidienne qui leur est attribuée, au mépris de leur santé. L’adverbe « enfin » aussi peut signifier que l’auteur prend, à juste titre, fait et cause pour les entreprises et commerces victimes du confinement, de leurs salariés en grande difficulté financières, de leurs clients privés de vie sociale. Non, « enfin », à lire le suite de ce billet fait référence à bien autre chose, que le lecteur découvre ‘enfin’ par la suite, une critique qui se veut aussi virulente que le coronavirus.

    « Toutes les décisions qu'(e le gouvernement) a pris (sic) depuis le début de la crise sont en décalage de 15 jours sur le reste du monde (masques, tests,etc.). LREM se disait fière d’être composée d’amateurs ! Là, elle est en train de le prouver ! »

    La France est peuplée d’amateurs en tout genre, y compris du genre journalistique.

    Ici, une digression qui n’est pas hors sujet. Le complément d’objet (qu’) étant placé avant le sujet, le verbe, devrait s’accorder au participe passé, en accord avec la grammaire, et aurait besoin de ‘ées’ en fin (!). Confère le cours d’école primaire de 9e ou 8e. Ce n’est qu’une remarque en passant, non productive d’avancée scientifique, mais significative du niveau qui nous occupe.

    Le passionnant n’est pas dans ces manquements orthographiques, au pluriel car un autre suit. Il n’est pas non plus dans la critique aiguë du parti présidentiel. Nous sommes tous d’accord : le gouvernement a cruellement manqué le coche. Les masques, les sur-blouses et les respirateurs ont fait défaut, et les soignants ont payé le prix fort.

    Mais qui a pris le coche au bon moment ? Même la vertueuse Allemagne n’a pas suffisamment anticipé, en fermant plus tôt ses frontières. Elle a bénéficié -au contraire de la France- d’un avantage structurel, son fédéralisme qui permet une rapidité de réponse ; et d’un avantage conjoncturel, celui d’avoir subi une vague de Covid-19 apportée par de jeunes skieurs et de participants à des carnavals. Informés par les média de cet apport virulent, le troisième age allemand s’est auto-confiné. La France au contraire a subi un cluster à partir d’une base aérienne militaire et un autre avec une assemblée religieuse. Dans les deux cas, les groupes porteurs du Covid-19 présentaient une mixité générationnelle et une distribution géographique qui ont permis une diffusion extrême de l’épidémie.

    Les frontières sont fermées, mais rien n’empêche le virus de circuler, même sur un archipel. Ce virus que les experts connaissent si mal mais que les journalistes, éditorialistes et blogueurs de tous crins pensent maîtriser si bien ! ‘Je ne suis pas expert, ou médecin, ou scientifique, mais…’ La France comporte 65 millions de sélectionneurs de l’équipe nationale de foot-ball… Le virus n’est pas vicieusement stagnant sur les nappes des restaurants, ni sur les bureaux des écoliers. Non, le virus est chez un malade qui s’ignore, chez un arrivant aérien imprudent, chez un marin livrant des aliments qui postillonne sur la cargaison.

    Non, l’administration n’est pas trop prudente. Elle n’est pas timorée. Elle est rationnelle.

    Laissons à Trump ses errements pseudo-scientifiques.

    Il faut que l’auteur de toute sa hauteur se rassure ! « Les échanges entre les iles (sic) sont toujours suspendus jusqu’au 11 mai ! » La réponse est que l’archipel, même en été, n’est pas pourvu de chapeau : les îles sont découvertes, privées de leur accent à la place du ‘S’ de son origine étymologique !

    Car ce coronavirus est plein de ressource. Il vivrait dans les eaux usées et serait apte à demeurer quiescent trois semaines dans l’organisme humain avant de se révéler. Yohan Demeure, rédacteur scientifique écrit dans SciencePost. « Selon une étude menée en Chine, les patients atteints par le coronavirus peuvent ne pas présenter de symptômes pendant plus de trois semaines. Si ces résultats n’ont pas encore été vérifiés à l’international, les scientifiques évoquent également un autre problème : le risque de contamination par les eaux usées ».
    https://sciencepost.fr/en-fait-la-periode-dincubation-du-coronavirus-peut-atteindre-24-jours-revele-une-etude/

    Alors trois semaines de quiescence, dix jours de maladies et quinze jours de convalescence, font presque deux mois de portage du virus. « Enfin » sauvé dit le patient, après 2 mois de vie au contact du coronavirus !

    Que Monsieur le Préfet agisse prudemment est une bénédiction.
    Pour le bien-être de ses habitants, le blogueur n’est pas en fonction pour administrer l’archipel.

    J'aime

    1. Bonjour Madame ou Monsieur,
      Je viens de lire votre commentaire et comme pour tous les commentaires j’aime bien en connaître les auteurs. Mais friand de contradiction, je ne voulais pas priver les lecteurs de la votre, fut-elle anonyme.
      Vous avez remarqué je ne suis pas très doué, ni en orthographe, (ce qui n’est pas bien pour un fils de prof) ni en retenue d’âme !
      Les plus de 2100 lecteurs (dont 1500 dans l’archipel) et 730 partages en une seule journée dans un si petit archipel, démontrent peut être, et sans étude scientifique, que le fond de l’expression prime peut-être sur la forme.

      Permettez tout de même de reprendre une phrase de votre introduction :
      « L’adverbe « enfin » aussi peut signifier que l’auteur prend, à juste titre, fait et cause pour les entreprises et commerces victimes du confinement, de leurs salariés en grande difficulté financières, de leurs clients privés de vie sociale. Non, « enfin », à lire le suite de ce billet fait référence à bien autre chose, que le lecteur découvre ‘enfin’ par la suite, une critique qui se veut aussi virulente que le coronavirus. »
      (Faut-il que je fasse une digression sur votre faute d’orthographe ? « difficultés financières » ou « difficulté financière » Deux « s » ou aucun, ou alors, est-ce votre côté « en même temps » qui viendrait troubler vos indéniables facultés de professeur ? Mon correcteur ne semple pas plus doué que le vôtre !)
      Lorsque je cite l’exemple des commerces, des bars et restaurants c’est à l’image de tous ceux qui sont privés de leurs activités professionnelles en regardant, sans pouvoir agir, les incohérences du moment. Vous ne pouvez pas m’en faire le procès.

      Vous me donnez une leçon de choses que je vais retenir en partie. Retenir, car j’ai toujours tout appris des autres ! En partie, car il est des moments où le ras-le-bol d’une situation incohérente peut entraîner quelques écarts de bon sens, même si je trouve mon texte équilibré (Exemple: « En l’état actuel de la présence de l’épidémie à l’extérieur de l’archipel c’est pour le moins prématuré d’affirmer cela ! C’est la même chose pour la position de 3 élus qui souhaitent que les vols directs soient supprimés cet été ! »).
      Ceci étant, vous l’avez compris, je porte une opinion et je la défends. Cela permet à chacun soit de la contester, ce que vous faîtes, soit de l’approuver, ce que d’autres font. Peut-il exister une autre forme d’expression dans l’archipel que celle des autorités locales ou de « SPM 1ère », qui rapporte des faits, avec talent certes, mais interdite du droit d’opinion.
      Les « partis » politiques locaux n’expriment aucun élément de réflexion, aucune perspective autres que celles du BTP, de la construction de quais, ou de la montée des eaux, projets économiquement nécessaire certainement, mais rien pour le bien vivre des habitants qu’ils représentent (sauf peut-être le sénateur). Les syndicats sont atones. Ils ne disent rien sur rien ! Il n’existe aucune source qui puisse apporter quelques contradictions, quelques réflexions. Alors, j’écoute, j’observe, je pense et je publie !
      Mes articles à suivre, sur l’indépendance alimentaire de l’archipel, sur un revenu de base ou sur une monnaie locale, seront plus consensuels à votre endroit. Consensuels, car comme toutes les idées dans cet archipel elles seront noyées dans l’immobilisme ambiant qui consciemment, sait que rien ne pourra se passer sans le consentement des grandes familles. « Cause toujours tu nous intéresses ». Soit.
      Mais l’écriture vous le savez, permet de communiquer, d’échanger, de porter des avis et des opinions par tous et sur tout. N’y aurait-il que les gens autorisés qui pourraient s’exprimer ? Faut-il bénéficier d’un droit d’écrire pour le faire, même à ceux qui n’ont pas fait d’études supérieures, ce qui est mon cas. Plus de 40 ans de pratiques professionnelles dans le domaine social, valent bien plus que le confinement étriqué d’un énarque, si l’on en croit ce qui s’affiche aujourd’hui sous nos yeux. Si vous n’aviez pas, comme moi, affirmé votre caractère imparfait par une faute d’orthographe, j’aurai pu vous classer dans cette classe des dominants, énervés par le bon sens paysan !
      Voilà chère Madame (?), cher Monsieur (?), ce que je voulais vous répondre pour contenir le caractère polémique de votre commentaire à sa juste dimension.
      Cordialement.
      Denis Garnier

      J'aime

Les commentaires sont fermés.