Des Économistes atterrés par Macron et sa bande !

Mettre en débat la politique économique,

C’est le 24 octobre 2011 que des économistes ont publié un manifeste pour dénoncer 10 FAUSSES ÉVIDENCES et 22 MESURES EN DÉBAT POUR SORTIR DE L’IMPASSE. J’ai signé ce manifeste en 2011 car il n’est plus possible d’accepter sans rien dire cette politique qui ne vise qu’à préserver les intérêts de quelques uns au détriment de tous les autres.

Il faut mettre en débat des propositions alternatives et cohérentes, qui brident le pouvoir de la finance et organisent l’harmonisation dans le progrès des systèmes économiques et sociaux. C’est l’objet de ce billet !

Rien n’est fait au hasard pour ces néolibéraux qui pillent les Etats et les populations !

La réduction des dépenses publiques, le maintien d’un taux de chômage élevé à plus de 5%, la dette publique élevée, la lutte contre l’inflation, les niches fiscales pour les plus riches, les privatisations, la précarisation de l’emploi, la remise en cause du droit du travail, la suppression de l’impôt sur la fortune, l’augmentation des taxes, le refus de taxer les transactions financières, de séparer les banques de dépôts des banques d’affaires, etc. ! Tout est cohérent !

La doctrine des néolibéraux (Macron et sa bande) est simple: capter les bénéfices pour les riches, mutualiser les pertes sur les plus pauvres ! Ils sont toujours gagnants.

Maintenant ça suffit ! La prise de conscience doit s’étendre et ces articles sont faits pour cela. Aujourd’hui ces économistes atterrés ont publié un programme alternatif pour s’ouvrir sur un monde meilleur pour le plus grand nombre, sans oublier personne.

En 2019, les économistes atterrés proposent :

  1. Rétablir l’impôt de solidarité sur la fortune

La perte fiscale due à ces exils est estimée à 170 millions d’euros, à comparer aux 5 milliards que rapportait l’ISF. Si certains considèrent la suppression de l’ISF comme symbolique, les 3,2 milliards d’euros perdus représentent tout de même l’équivalent de 130 euros par mois que l’État pourrait verser aux 2 millions de salariés du privé payés au SMIC.

  1. Proposition 1 : Rétablir l’ISF.
  2. Restaurer la progressivité de l’impôt sur le revenu
    • Proposition 2-1 : Tous les types de revenus des ménages doivent être assujettis à l’impôt sur le revenu progressif, y compris tous les revenus du capital (intérêts, dividendes, plus-values)
    • Proposition 2-2 : Supprimer les niches fiscales ou les réorienter en aides directes.
    • Proposition 2-3 : Réintroduire une tranche à 60 %. 
  3. Défendre l’impôt sur les sociétés
    • Proposition 3-1 : Dresser une liste rigoureuse des paradis fiscaux et réglementaires et interdire aux entreprises et banques françaises d’y localiser leurs profits.
    • Proposition 3-2 : Faire obstacle à la liberté de circulation des capitaux et la liberté d’établissement, tant que des mesures n’auront pas été prises contre l’optimisation fiscale et pour des taux minimas de l’impôt sur les sociétés.
    • Proposition 3-3 : Imposer aux entreprises numériques d’avoir un établissement stable en France et d’y payer les impôts correspondant à leurs activités.
  4. Lutter contre la pauvreté, revaloriser les minima sociaux
    • Revaloriser le RSA (jusqu’à 800 euros par mois par unité de consommation) afin d’assurer – avec les allocations logement – un niveau de vie supérieur au seuil de pauvreté aux familles avec enfants, aux personnes engagées dans un parcours d’insertion ou ayant perdu la capacité de retrouver un emploi. C’est-à-dire en pratique à tous.
  5. Garantir les retraites
    • Proposition 5 : Garantir les retraites en indexant les retraites sur les salaires nets, en fixant un niveau minimal de taux de remplacement (85 % pour une carrière au Smic, 70 % au niveau du salaire médian). Ce taux doit être atteint à 62 ans ou à 42 ans de cotisation.
  6. Augmenter le Smic et les bas salaires
    • Proposition 6-1 : Lancer un plan de hausse coordonnée des salaires dans la zone euro (avec une hausse plus importante dans les pays en excédent commercial).
    • Proposition 6-2 : Augmenter le Smic de l’ordre de 200 euros bruts, avec redéploiement des aides aveugles aux entreprises (près de 60 milliards par an) vers les entreprises et secteurs en difficulté.
    • Proposition 6-3 : Lutter véritablement contre le dumping salarial et social permis par le travail détaché.
    • Proposition 6-4 : Limiter les hauts salaires à 7 fois le SMIC.
  7. Lutter contre les emplois précaires
    • Proposition 7-1 : Appliquer la loi interdisant de renouveler plus de deux fois les CDD (requalification automatique en CDI) et de pourvoir en intérim ou en CDD un poste lié à l’activité normale de l’entreprise sous peine de requalification automatique en CDI.
    • Proposition 7-2 :  Permettre aux salarié·e·s qui le souhaitent de passer à temps plein, supprimer les dérogations aux 24 heures minimales, calculer les cotisations employeur sur un temps plein, limiter l’amplitude horaire journalière.
    • Proposition 7-3 : Supprimer les exonérations de cotisations employeur pour tous les emplois atypiques et imposer des sur-cotisations.
  8. Garantir un plein-emploi de qualité
    • Proposition 8-1 : Lancer une politique publique de grands travaux pour assurer la transition écologique.
    • Proposition 8-2 : Réduire le temps de travail par la baisse de la durée légale, les congés parentaux, les droits à la formation, les périodes sabbatiques.
    • Proposition 8-3 : Mettre en place une politique garantie universelle d’emploi en étendant le dispositif « territoire zéro chômeurs de longue durée » à l’ensemble du territoire.
  9. Réguler l’emploi et revaloriser le travail des femmes pour l’égalité salariale
    • Proposition 9-1 : Réguler strictement les temps de travail et les durées de contrat pour lutter contre le sous-emploi des femmes.
    • Proposition 9-2 : Revaloriser le statut et la rémunération des métiers à prédominance féminine, selon le principe défendu par l’OIT « un salaire égal pour un travail de valeur égale, » tenant compte de la pénibilité de ces métiers et des compétences qu’ils requièrent.
  10. Améliorer les conditions de travail et lutter contre la sous-traitance
    1. Proposition 10-1 : Rétablir le lien de subordination juridique du salariat entre les salariés dans les entreprises sous-traitantes et le donneur d’ordre lorsque ce dernier fournit plus de 70 % du chiffre d’affaires de l’entreprise sous-traitante. 
    2. Proposition 10-2 : Augmenter le nombre de salariés siégeant au conseil d’administration des grandes entreprises à 50 %.
    3. Proposition 10-3 : Lancer des négociations dans les branches et les entreprises sur l’amélioration des conditions de travail et la résorption de la sous-traitance.
  11. Taxe et transition écologique, comment faire ?
    1. Proposition 11-1 : Instaurer une taxe carbone pour les entreprises soumises au marché des permis d’émission des gaz à effet de serre au moins identique à celle payée par les individus, soit immédiatement 44 euros la tonne de carbone, pour aller vers 100 euros en 2025. Cela passe par l’arrêt définitif des permis d’émission gratuits dans l’Union européenne.
    2. Proposition 11-2 : Pour les ménages, mettre en place une compensation différenciée de la hausse du prix du carbone en fonction du revenu et du lieu d’habitat. Modulation de son évolution en fonction de celle du prix du pétrole.
    3. Proposition 11-3 : Mettre en place une nouvelle loi de programmation d’une transition énergétique avec un échéancier précis.
  12. Mettre fin à la précarité énergétique par une taxe carbone sur les groupes
    1. Proposition 12 : Mettre en place un Fonds national pour investir et mettre fin à la précarité énergétique, financé par une taxe carbone portant sur les grands groupes
  13. Des transports au service des territoires et de la transition écologique
    • Proposition 13-1 : Réhabiliter le TER et les trains Intercités dans le cadre d’une politique ambitieuse d’aménagement du territoire.
    • Proposition 13-2 : Lancer un plan fret ferroviaire et ferroutage afin de doubler la part du transport de marchandises d’ici 2025.
    • Proposition 13-3 : Nationaliser les autoroutes et les aéroports privatisés
  14. Aider les agriculteurs à transformer l’agriculture
    • Proposition 14-1 : Subventionner prioritairement l’agriculture biologique.
    • Proposition 14-2 : Éliminer le glyphosate en 3 ans. 
    • Proposition 14-3 : Remplacer les aides fondées sur la surface ou sur le nombre d’animaux par des aides à la personne, avec garantie d’un revenu minimum.
    • Proposition 14-4 : Garantir les prix agricoles pour favoriser l’agriculture de proximité, les circuits courts et les Amap (Associations pour le maintien d’une agriculture paysanne).
  15. Pour une véritable ambition éducative
    • Proposition 15-1 : Recruter des enseignants en nombre suffisant pour améliorer le taux d’encadrement.
    • Proposition 15-2 :   Revaloriser financièrement le métier d’enseignant.
    • Proposition 15-3 : En finir avec la logique concurrentielle qui renforce la ségrégation.
  16. Revoir le financement de l’hôpital
    • Proposition 16-1 : Remettre les patients et les soignants au centre des préoccupations de l’hôpital en sortant de la seule logique comptable.
    • Proposition 16-2 : Renoncer à la T2A comme mode principal d’affectation des budgets hospitaliers. 
    • Proposition 16-3 : Ne plus considérer l’hôpital comme un centre de coût, mais comme un lieu de recherche et d’activité auquel il est nécessaire d’accorder un budget approprié.
  17. Pour un accès universel aux soins
    • Proposition 17-1 : Assurer un meilleur remboursement des soins de ville (jusqu’à 100 %) par la Sécurité sociale, sans exclusion des petits risques, afin de réduire les inégalités d’accès. 
    • Proposition 17-2 : Lutter contre les dépenses de santé génératrices d’inégalités comme les dépassements d’honoraires.
    • Proposition 17-3 : Faire en sorte que le financement de la couverture santé reste socialisé et solidaire, selon les principes fondateurs de la Sécurité sociale.
    • Proposition 17-4 : Faire de la lutte contre les déserts médicaux une véritable priorité de la politique de santé. Cela peut passer par l’octroi de bourses d’études conditionnées à une obligation d’exercice des jeunes médecins dans les territoires désertés.
  18. Mettre en place un service public bancaire
    • Proposition 18-1 : Socialiser les banques de dépôts bénéficiant de la garantie publique.
    • Proposition 18-2 : Réintroduire une séparation entre banques de dépôts et marchés financiers.
    • Proposition 18-3 : Orienter le crédit à l’investissement matériel, de formation et de recherche qui développe l’emploi et la transition écologique sous un contrôle des parties prenantes. 

Pour retrouver l’ensemble des propositions, téléchargez le PDF ci-dessous.

Visionnez l’émission « L’Eco à contre-courant » consacrée à ces propositions sur Mediapart ici.

FICHIER(S) ATTACHÉ(S): 

 Propositions débat national EA.pdf