Quand le député de Saint-Pierre-et-Miquelon vend les bijoux de la République !

Un carton jaune pour le député de SPM
Carton jaune !

Il y a loin de la coupe aux lèvres

Le 29 décembre 2018, j’adressais au député de la République en Marche (LREM)- Stéphane Claireaux, une lettre ouverte par laquelle je lui demandai son avis sur les revendications des gilets jaunes. Le lendemain il m’indiquait que sa réponse serait contenue dans ses vœux publics mais que « nous partagions les mêmes préoccupations ». J’en étais presque convaincu et satisfait.

Au-delà « Du pain, du beurre et du capelan… » de sa carte de vœux, il précisait; « puisse, le grand débat démocratique national qui s’ouvre à l’aube de cette nouvelle année, nous aider à construire ensemble une société plus juste socialement et plus équitable économiquement, dans le respect de nos valeurs républicaines ».

Dans ses vœux télévisés, son intervention débute ainsi : « je ne peux commencer mon propos sans évoquer le mouvement des gilets jaunes qui s’exprime avec force depuis plusieurs semaines en métropole et ailleurs en Outre-mer. Je suis conscient que le malaise est profond et la route sera longue avant de pouvoir panser les plaies, et retrouver la confiance entre les citoyens et leurs représentants ».

Oui, ce jour-là, nous partagions les mêmes préoccupations, la même volonté pour construire ensemble une société plus juste socialement et plus équitable économiquement. Nous voulions retrouver la confiance entre les citoyens et leurs représentants ! Mais ce discours lénifiant ne résiste pas à la réalité des faits !

Ils votent en faveur des privatisations !

Dans cette lettre ouverte figurait « l’interdiction de vendre des biens appartenant à la France (barrage, aéroport, … » Or, ce que je ne savais pas à ce moment-là, c’est que notre député de LREM, avait déjà voté le 9 octobre 2018 en faveur des privatisations des Aéroports de Paris (ADP) et de la Française des jeux (FDJ) ! (VOIR ICI LA LISTE DES VOTANTS)

Observant que le vote revenait à l’Assemblée en deuxième lecture, que le Sénat venait de rejeter les projets de privatisations, je lui adressai un nouveau courrier pour l’inviter à s’opposer à ces privatisations. Mais l’Assemblée est allée plus vite que prévu pour vendre les bijoux de la République et notre député était absent de l’Assemblée ce jour-là, puisqu’il participait au Conseil Consultatif Franco-Canadien à Ottawa.

Si ma lettre n’a pas atteint son objectif, elle expose tout de même un certain nombre d’éléments qui devraient faire réfléchir notre député et son groupe lorsque le texte sera adopté en dernière lecture.

Les privatisations de tous les soupçons !

Pour étayer mon propos et sur ADP, j’ai invité le député à la lecture de cet article de médiapart, « Aéroports de Paris: la privatisation de tous les soupçons » 

« Les explications du gouvernement ne tiennent pas la route. Sa justification pour privatiser ADP, Engie et La Française des jeux est qu’il veut dégager 10 milliards d’euros pour créer un fonds d’innovation de rupture. Une fois placées, ces sommes doivent lui permettre d’obtenir 300 millions d’euros. Tout cela n’a aucun sens, soutient le député centriste Charles de Courson.

« Le fait est qu’en vendant aujourd’hui sa participation, l’Etat actionnaire ne fait pas vraiment une bonne affaire : placé sur un compte rémunéré selon les taux en vigueur, le fruit de la vente rapportera 3 % de rémunération par an. Or, ADP assure aujourd’hui à l’Etat en dividendes une rentabilité proche de 10 %. Trois fois plus ! »

Par ailleurs, dans le projet de Loi, le gouvernement propose de payer pour privatiser ADP. C’est sans précédent. Selon les premiers chiffres avancés par le gouvernement, les indemnités s’élèveraient entre 500 millions et 1 milliard d’euros pour dédommager les actionnaires actuels. Et après 70 ans de concession au privé, l’Etat va racheter !

Les trois sociétés qui seront privatisées, le seront sans appel d’offres ce qui est aussi unique ! Alors je demande au député : Comment voulez-vous reconquérir la confiance des concitoyens avec de telles pratiques ? Ces privatisations ne vont en rien « nous aider à construire ensemble une société plus juste socialement et plus équitable économiquement, dans le respect de nos valeurs républicaines »,

« Aberration économique », « faute stratégique », « abandon de souveraineté nationale » : les oppositions politiques, allant de l’extrême-droite à la gauche radicale en passant par Les Républicains, ne manquent pas. 250 députés, sénateurs et élus locaux socialistes, ont appelé « solennellement » la majorité La République en Marche (LREM) à « renoncer à la privatisation des Aéroports de Paris » (ADP). Ou, à défaut, à « soumettre la question au grand débat national ».

J’approuve !

Le débat est terminé ! Passez aux actes !

Au moment où le mouvement social des gilets jaunes se poursuit, (et s’enclenche dans l’archipel), au moment de ce « grand débat national » auquel vous avez appelé tous vos amis Saint-Pierrais-et Miquelonnais à participer, avant que ce débat ne rende ses conclusions, le gouvernement garde son cap et reste sourd comme ses députés de LREM ! Le serez-vous tout autant Monsieur le député ?

Comme vous l’avez exprimé dans vos vœux, si vous voulez « retrouver la confiance entre les citoyens et leurs représentants », ce n’est pas en gardant le cap des réformes du passé, mais en écoutant le message qui vous est envoyé pour l’avenir. C’est-à-dire ; ne pas renouveler les erreurs du passé, comme par exemple, la privatisation des autoroutes ou bien encore le fiasco de la privatisation de l’aéroport de Toulouse, validée par Macron, un «échec» à ne pas répéter, juge la Cour des comptes.

Votre mouvement, LREM, s’est fait élire pour changer de politique et non pour reprendre des solutions du passé qui ne font que le bonheur des multinationales contre les citoyens que nous sommes.

 Je sais combien il est difficile de s’extraire de la foule bêlante, mais il est des moments où, seul le courage des représentants des citoyens sera de nature à renouer la confiance avec eux. Pour cela, en lecture finale, il faut que nos représentants votent contre cette loi qui vend les bijoux de la République !

_____________________

Revue de presse :

5 commentaires

    1. Lorsqu’il est demandé un vote ce dernier reste secret lorsque les députés votent main levée. Mais lorsqu’il est demandé de voter au clavier, ce dernier est publié et c’est très bien pour contrôler l’exercice de la démocratie. Dire ce que l’on fait et faire ce que l’on dit !

      J'aime

  1. Mr Garnier, S.Claireaux est un député LREM.
    Discipliné, il votera toujours dans le sens « Macron ».
    « La justice sociale » c’est seulement pour les elections. Ensuite, en bon centriste, seul son intéret compte. ADP, c’est fait. Si on lui demande de vendre la Tour Eiffel aux chinois, il serait capable de voter OUI 2 fois. LOL!
    Bonne journée. ( Tres bon blog👍)

    J'aime

  2. Pour ADP, si ca se trouve l’idée vient lui!
    Rien à espérer de Stephane Claireaux. Effectivement M. Tamaret c’est un Macroniste convaincu. Sa complice également. Ces 2 personnes « de droite » se sont rabattus sur le MRG. Il n’y avait pas de place ailleurs. La droite en place depuis des lustres ne voulait pas d’eux malgré leurs tentatives répetées. Au final, des girouettes 2.0. (Double roulement à bille, plus silencieux) SC et AG sont soutenir RN , LFI, Vert, etc.
    Oui, M. Tamaret, pardonnez-leurs, ce ne sont que des centristes, à la difference qu’ils savent ce qu’ils font: DU POGNON!
    Pas beaucoup de Jean Moulin par là!

    J'aime

  3. Impressionnant… Il était absent, il pouvait s’abstenir, faire la couleuvre. Mais, non, il a voté par délégation, c’est bien pire! Peur de désobéir au roi je présume.
    Désormais dévoué corps et ame à Macron et sa bande d’incapables.
    À quant la privation du Chateaux de Versailles? 😧
    AVEC EUX FAUDRA S’ETONNER DE RIEN😂

    J'aime

Les commentaires sont fermés.