A Saint-Pierre-et-Miquelon, tout simplement.

IMG_4936

A mes amis de métropole

Saint-Pierre-et-Miquelon c’est un archipel français d’Amérique du Nord situé dans l’océan Atlantique nord, à 25 km au sud de l’île canadienne de Terre-Neuve. Ancien département d’outre-mer, puis collectivité territoriale à statut particulier, c’est aujourd’hui une collectivité d’outre-mer administrée par un Préfet et un Conseil territorial. Il y a décalage horaire négatif de 4 heures avec la métropole. Au niveau des élus, l’archipel compte un député, un sénateur, un président du conseil territorial et deux maires.
Au 1er janvier 2013, la population s’élevait à 6 057 habitants, soit 5 430 dans la commune de Saint-Pierre (25km²) et 627 habitants dans celle de Miquelon-Langlade (250 km²).

1_MG_6399

Un climat confortable

IMG_3802La température moyenne annuelle est de 5,7°C ce qui présente un réel confort et nous place à l’abri des 40° desquels il est difficile de s’extraire. Une veste, un bonnet, des gants et nous voilà protégé. A 16° ici, on est en bras de chemise.
Le nombre de jours de brume varie de 85 à 120 par an ce qui est certes supérieur aux 78 jours de ma Gironde natale mais bien moins que les 165 jours de Château Chinon et proche des 105 jours de Mont de Marsan.
Et si nous parlions de pluie ou de neige ? A Saint-Pierre-et-Miquelon il n’y a que 97 jours de précipitations par an ce qui est exactement le même chiffre qu’à Bastia en Corse, bien loin des 210 jours de Brest ou même des 171 jours de Bordeaux. Lorsqu’on regarde la météo de métropole on se dit qu’on a bien de la chance

_MG_2059 (3)

C’est le plus petit territoire d’Outre-mer, mais,

C’est la plus petite collectivité d’outre-mer et ici, tous les ratios, toutes les formules comparatives avec la métropole ou avec d’autres territoires sont inadaptées et ne peuvent que fausser toutes les approches économiques, sociales ou culturelles.
Pour se rendre à Paris, c’est 15 heures de vol en passant obligatoirement par le Canada.
Saint-Pierre-et-Miquelon c’est aussi un archipel meurtri par le conflit de la pêche qui est né entre le Canada et la France et qui s’est arbitré en sa défaveur en 1992. Les conséquences sont terribles sur l’emploi local puisqu’un quart des habitants de l’archipel vivait de la pêche. En 1969, 1 104 escales de navires étrangers – dont 619 espagnols – avaient été comptabilisées contre seulement 43 en 2001. En outre, la présence de gisements transfrontaliers d’hydrocarbures agite d’une façon plus discrète les relations entre la France et le Canada depuis plusieurs décennies.

1

Tout est proche

Mais l’archipel, à défaut de plages de sables fins, de cocotiers ou bien encore de températures tropicales, offre quelques plaisantes particularités. La proximité des services publics avec la population, des enfants en bas âges qui peuvent traverser la ville à toutes heures sans aucune crainte, des services et commerces qui sont à cinq minutes. Ici, on ne soigne pas un patient, on ne renseigne pas un usager, on ne sert pas un client, mais un parent, un voisin, un ami. Le seul embouteillage connu se déroule du lundi au vendredi de 12h à 12h10, heure à laquelle tout le monde quitte son travail pour la pause déjeuner.
Bref, chaque fois que j’ai un rendez-vous, je pars 10 minutes à l’avance et j’arrive toujours 5 minutes trop tôt pour être reçu immédiatement.

1

Et Miquelon

20141128_112112L’île de Miquelon-Langlade, avec ses 250 km², offre ses grandes étendues aux promeneurs et chasseurs. Toutes proportions gardées, c’est un peu la côte d’azur de l’archipel, températures en moins mais nature préservée en plus. Le paysage par endroit rappelle celui du Connemara en Irlande. Des grandes étendues d’herbes qui se couchent par le vent en formant des ondes pareilles aux vagues qui entourent l’ile. De l’air, de l’espace, de l’eau, des vagues, des phoques….
L’océan qui entoure l’archipel est aussi une source de richesse et Miquelon développe de plus en plus l’activité historique de l’archipel autour de la pêche.

0

Nature et découverte

On dit ici qu’on peut connaître les 4 saisons dans la même journée. C’est un peu exagéré mais le fait d’être posé au milieu de l’eau sans être à l’abris montagnes nous expose aux caprices du vent et de ses passagers.

_MG_6199
Le calme plat de l’océan qui prend l’aspect d’un lac est souvent réveillé par un vent violent qui se lève et fracasse les vagues sur les rochers côtiers dans des gerbes explosives aux millions de gouttes qui volent dans les airs avant de retomber lourdement sur la roche dans un bruissement pétillant, sous le voile léger des embruns qui virevoltent dans les airs avant de s’évaporer dans la lueur du soleil couchant.

 

IMG_5539

 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :