Des traitements efficaces contre la covid arrivent…

L’obligation vaccinale, le passe-sanitaire sont des mesures qui doivent interroger. En effet, si plus de 80 % de la population est vaccinée, que la propagation du virus se poursuit, que les hospitalisations et les réanimations augmentent, alors il faut sérieusement se poser la question de l’efficacité des vaccins ! Heureusement des essais cliniques se portent sur des traitements crédibles.

__________

Chacun cherche à comprendre cet empressement du gouvernement de vouloir à tout prix imposer la vaccination. C’est dans ce cadre que l’on peut prendre connaissance des traitements par anticorps monoclonaux ou des médicaments en cours d’essais cliniques. Pour éviter de sombrer dans les fake-news, il convient d’aller directement à la source du ministère de la Santé (ICI).

Extrait : « En France l’ANSM-Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé a autorisé l’utilisation en accès précoce d’anticorps monoclonaux, dans un cadre sécurisé, pour traiter les patients adultes à risque de forme grave de la Covid-19 dès l’apparition des symptômes : »

Pour le moment, ce traitement, qui permet d’éviter les formes graves et les hospitalisations en réanimation, serait réservé aux seules personnes de plus de 80 ans testées positives au test PCR.

Cette information a été publiée sur le site du ministère de la Santé le 25 mars 2021 ! Pourquoi ne pas avoir encouragé ce traitement, alors qu’il est accessible dans la quasi-totalité des départements de métropole et dans 4 départements d’Outre-mer ? (Martinique, Guyane, Réunion, Mayotte -Liste complète ICI)

Pourquoi les testés positifs à risque de formes graves ne sont pas systématiquement traités lorsqu’ils ont des symptômes ? Je n’ai pas trouvé de réponse si ce n’est le coût du traitement qui varie de 1000 à 2000 €. Mais combien coûte un séjour en réanimation en France ? Environ 3 000 € par jour !

__________

L’OMS recommande un traitement fabriqué par Roche pour traiter le covid sévère !

C’est le titre du journal « Le Temps » un journal pour lequel j’ai interrogé le décodeur de fausses nouvelles du journal Le Monde ; résultat : « Un quotidien et site d’information suisse, plutôt classé au centre droit, et qui se présente comme le « quotidien de référence » de la Suisse romande et francophone ».

Dans cet article que vous pouvez consulter en totalité ICI, l’introduction est claire et référencée : « Suite à la publication d’une étude ce mardi dans le Journal of the American Medical Association Medical Association, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a pris la décision de recommander l’utilisation de deux traitements pour soigner les malades atteints de formes sévères du covid ».

Des études sont lancées sur des produits moins couteux :

25 mai 2021 : La faculté de médecine de l’Université du Minnesota reçoit 1,5 million de dollars pour lancer le premier essai clinique de traitement à l’ivermectine COVID-19. (voir ICI)

Dans un article publié par l’Université d’Oxford ce 23 juin 2021, on apprend que l’ivermectine sera étudiée comme traitement possible du COVID-19 dans l’essai PRINCIPE.

L’institut Pasteur vient de publier une note encourageante le 12 juillet 2021 sur les travaux menés sur l’ivermectine : « Ces travaux ouvrent la voie à des axes de développement pour de meilleurs traitements contre la Covid-19 chez l’Homme« 

Il n’y a pas que les vaccins et l’imposition de mesures liberticides pour enrayer l’épidémie. Les vaccins protègent des formes graves, mais les non-vaccinés peuvent éviter les formes graves par ces traitements. Les premiers, les anticorps monoclonaux, sont couteux, mais bien moins que les hospitalisations en réanimation. Les seconds, l’ivermectine, coûte 8,53 € la boite de 4.

__________

Rappelons que 91 % des victimes du Covid ont plus de 65 ans.

  • De 0 à 44 ans = 0 %
  • de 45 à 64 ans = 8 %
  • de 65 à 74 ans = 18 %
  • de 75 ans et plus = 73

Rappelons que 86 % des plus de 65 ans sont vaccinés

Rappelons que l’immunité collective serait atteinte à 80 % de vaccinés

Pour atteindre l’immunité collective, dit l’institut Pasteur (ICI), il faut obtenir les résultats suivants : « 50 % pour la grippe, 80% pour Covid-19 avec les nouveaux variants, 90 à 95 % pour la rougeole ».

Au 22 juillet nous en sommes à 71 %, toutes classes d’âges confondues et, au moment de la mise en place des mesures liberticides du gouvernement, les 80 % seront largement atteints !

Si plus de 80 % de la population est vaccinée, que la propagation du virus se poursuit, que les hospitalisations et les réanimations augmentent, alors il faut sérieusement se poser la question de l’efficacité des vaccins !

Heureusement des traitements sérieux vont arriver et les médecins pourront enfin soigner leurs malades.

__________

7 commentaires

  1. Salut Denis
    N’oublie pas le principe de la prevention
    Il vaut mieux ne pas risquer de contracter le virus et faire une forme grave en etant vacciné que de ne pas le faire et traiter une fois qu’on a choppe la covid avec des résultats qui sont loin de faire 100%
    Il vaut mieux prévenir que guérir vaut aussi pour la covid
    Amities
    Christian

    J'aime

    1. Tout à fait Christian et en tant que médecin tu sais de quoi tu parles. Ceci étant, je pense que la liberté vaccinale pour une expérience en phase III, fut-elle avancée, repose sur le consentement du patient. Enfin, comme je le conclue, « Si plus de 80 % de la population est vaccinée, que la propagation du virus se poursuit, que les hospitalisations et les réanimations augmentent, alors il faut sérieusement se poser la question de l’efficacité des vaccins ! » Amitiés. Denis

      J'aime

      1. Petite précision. Il n’y a pas 71% de personnes vaccinées en France. Hier, C’était 40 millions de PREMIÈRES injections (environ 60% des Français. Tes 71% sont peut-être relatifs aux adultes vaccinables, de + de 18 ans). Chiffre qui n’a aucun intérêt. L’immunité n’est acquise qu’avec 2 injections et c’est donc le nombre de personnes COMPLÈTEMENT vaccinées qui permettra d’atteindre l’immunité collective.

        J'aime

  2. Quelques approximations naturelles chez un non vacciné:

    1 – Il n’existe, à ce jour, aucun médicament efficace contre un virus quelconque. La trithérapie SIS ne fait qu’endormir le virus et l’infection repart dès qu’on arrête le traitement. Le Tamiflu contre la grippe a une efficacité très relative : on parle de 30à 40% pour une virose qui disparaît naturellement.
    Les traitements dont ce post fait état n’ont aucune efficacité sur le virus lui-même. Ils réduisent l’inflammation des tissus pulmonaires profonds, ce qui expliquent qu’ils réduisent le nombre de cas graves. Sans que l’on sache s’ils sont + ou – efficaces que la corticothérapie déjà utilisée avec un bénéfice certain.
    Donc, ils ne guérissent pas du Covid en éliminant le virus, mais ont un certain effet sur les symptômes de cette virose.

    2 – L’immunité collective ; On a à peu près tout dit dessus avec des affirmations que je n’ai jamais rencontrées en 40 ans d’expérience des maladies infectieuses sur deux continents.
    a – Le R0 est invariable. C’est le facteur d’infectiosité du virus sur une population indemne. Mais, au fur et à mesure que l’épidémie se développe, son espace de contamination se réduit. Ainsi, les R suivantes (R 1, R2, R3 etc.) sont de plus en plus faibles. Jusqu’à atteindre un pic et puis une immunité collective.
    Ainsi, pour 1 R0 = 2, le pic se situe aux environs de 20-25% de la population infectée ou vaccinée efficacement (les vaccins ne sont pas efficaces à 100%). Pour un R0 = 4, le pic est à 50-55%. L’immunité collective arrive avec respectivement 30-35% et 75%-80%.
    Ainsi, le virus adopte la devise olympique : plus il va vite avec un R0 élevé (plus contagieux il prend le pas sur les autres variants), plus il va haut (pic) et plus il va loin (immunité collective).
    Vu qu’on ne sait rien du R0 du variant indien, il est difficile de dire à quel taux on obtiendra l’immunité collective (on parle de 80% depuis le début alors que le R0 aurait était multiplié par x).

    3 – Alors, vaccin ou pas vaccin ? That is the question.
    a – Si cette épidémie était gérée comme toutes les épidémies infectieuses, le vaccin ne serait pas indispensable pour tout le monde. Gérer une épidémie, c’est deux mesures :
    – isoler strictement les personnes contagieuses : c’est-à-dire leur donner les moyens d’être isolées en assurant le maintien des éléments financiers, sociaux et familiaux. Leur donner l’ordre de se confiner avec une amende à la clé sans les accompagner, c’est de la foutaise.
    – boucler les zones contaminées : boucler c’est empêcher toute entrée et toute sortie, pas de raisons supérieures pour le contourner. Une zone contaminée ce n’est pas une zone administrative, c’est un espace épidémiologique.
    En bouclant tout un pays tout en laissant circuler les personnes contaminées (et donc le virus), on fait pire que les chinois. On peut dire que la Chine a réussi la mondialisation de son modèle « démocratique ».

    b – Etant donné qu’on ne peut compter sur nos dirigeants pour gérer correctement l’épidémie, il n’y a plus que le vaccin pour nous sortir d’affaire. Pas la peine de parler de vaccination solidaire tout en expliquant que si on est vacciné on peut quand même transmettre le virus (ça, c’est une connerie pire que l’inefficacité des masques au début).
    Il suffit de convaincre que nos dirigeants sont des incapables. Se vacciner contre le Covid c’est aussi se vacciner contre la connerie ambiante !

    J'aime

    1. « Pas la peine de parler de vaccination solidaire tout en expliquant que si on est vacciné on peut quand même transmettre le virus (ça, c’est une connerie pire que l’inefficacité des masques au début). » Tu veux dire, que le vaccin n’empêche pas la transmission du virus et que de dire que c’est une vaccination solidaire, c’est une connerie pire que l’inefficacité des masques au début.

      J'aime

  3. Non, pas du tout. C »était au 2nd degré.
    La vaccination a pour objectif de créer des anticorps. Les anticorps ont pour vocation de tuer les virus qui reviennent. C’est ce que j’ai appris ; sinon, je ne comprends plus rien aux vaccins.
    Si des sujets vaccinés sont réinfectés, c’est que la vaccination n’est pas efficace à 100%. Quand on dit que 40% des personnes testées positives sont vaccinées (et non pas 40% des vaccinés qui sont recontaminées), il faudrait rapporter ce nombre de positivité au nombre de personnes vaccinées. Si ce pourcentage est entre 5 et 10%, c’est ce qui était annoncé. Plus il y a de personnes vaccinées, plus il y aura de vaccinés recontaminés. C’est la proportion sur les vaccinés qui compte. En le rapportant au nombre de personnes testées on ne fait qu’entretenir la confusion.

    C’est pourquoi dire que les vaccinés peuvent transmettre le virus est une connerie scientifique. Le phénomène est marginal et concerne les vaccinés non immunisés (5 à 10%).
    C’est aussi une connerie politique (au moins de communication) de dire que les vaccinés peuvent être contagieux et, en même temps, qu’il faut se faire vacciner pour protéger les autres. Mais, on est plus à une contradiction prés. Des politiques, mais aussi des scientifiques médiatiques.
    Que les gens soient perdus, perplexes, réticents, on le serait à moins.

    J'aime

Répondre à Expert christian Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s