Combien de pauvres à Saint-Pierre-et-Miquelon ?

Définir le seuil de pauvreté

 En France et en Europe, le seuil de pauvreté est fixé de façon relative. On considère comme pauvre une personne dont les revenus sont inférieurs à un certain pourcentage du niveau de vie dit « médian ». Le niveau de vie médian est celui qui partage la population en deux, autant gagne moins, autant gagne davantage. Ce pourcentage est de plus en plus souvent fixé à 60 % du revenu médian, qui était de 1 710 euros en 2016, soit 1 026 euros par mois.

Mais ce seuil n’est pas unique. Il est complété en fonction de la composition de la famille, comme le montre le tableau ci-dessous.

Ainsi, un couple sans enfant en France métropolitaine est considéré pauvre en dessous de 1 539 euros par mois !

Mais qu’en est-il à Saint-Pierre-et-Miquelon ?

Comme nous pouvons le constater dans le tableau ci-dessus, les habitants de l’archipel ont perdu en 20 ans un peu plus de 40% du niveau de vie qu’ils avaient en 1999 !

Il serait donc équitable que les salaires, les minimas sociaux et les retraites soient réévaluées en conséquence.

C’est déjà le cas pour les 1200 fonctionnaires et pour ceux qui bénéficient d’une prime de vie chère dans l’archipel. Mais pour les autres ?

Le SMIC local, et salaires du secteur privé, doivent être indexés sur l’évolution des prix de l’archipel ! (Comme c’est le cas pour les retraites versées par la CPS)

Mais, mais, mais !

Mais, il ne faut pas renouveler les erreurs du passé !

Il ne sert à rien de relever les bas salaires de 40% si les prix augmentent en proportion comme ce fut le cas dans les années passées lorsque les grèves ont permis un réajustement de 19% des salaires. (Avec quelques vitrines cassées !!!)

Certains commerçants en ont profité pour relever les prix d’autant ! Il faut donc trouver un compromis pour éviter les erreurs et les violences du passé.

Une charte ? Des contrôles ? Des sanctions ? des prix fixés par l’Etat ? La création d’une coopérative qui se fait livrer directement ? Ici comme ailleurs, on observe les prix et après ? Hô les pauvres !

L’idée des gilets jaune 975 de créer un groupe de travail sur le sujet en invitant des agents des commerçants locaux est une bonne idée.

Tout le monde doit gagner dans cette affaire. Une injection de revenus supplémentaires pour 50% de la population, c’est une consommation qui augmente, des volumes de commandes qui permettent de faire baisser les prix, de réduire le cout du fret, etc. Ceux qui bénéficieront de cette aide n’iront pas acheter des actions mais des biens de consommation. Si les commerçants devront faire des efforts, les consommateurs, avec ces revenus supplémentaires, devront aussi faire un effort pour acheter local. Une monnaie locale assortie d’une charte reste peut-être une idée à exploiter.

Mais d’abord, il faut que chaque foyer puisse vivre dignement !

Comme nous venons de le voir, les seuils de pauvreté s’échelonnent de 1 026 euros pour une personne seule, à 2 565 euros pour un couple ayant 2 enfants de plus de 14 ans. En dessous ils sont considérés comme pauvres.

Si l’on veut redonner aux habitants de l’archipel le niveau de vie qu’ils avaient en 1999, il faudrait augmenter leurs revenus de 40% !

Or, d’après le rapport 2007 de l’IEDOM, 32% des foyers fiscaux de l’archipel (1272) perçoivent moins de 1 500 euros par mois. Si l’on prend les taux de pauvreté adaptés à l’archipel ce sont 1000 foyers qui sont considérées comme pauvres ! (Réserves: Chiffres par foyer fiscal sans en connaître la composition)

En effet, ce tableau expose la situation par tranche d’imposition et ce sont bien 31,9% des foyers fiscaux qui perçoivent moins de 1 500 € par mois ! (Par part)

Il faut certainement relativiser ce chiffre si l’on considère que plus de 300 jeunes majeurs sont aux études et ont peut-être travaillé l’été. Chacun peut constituer un foyer fiscal. Ce sont des données manquantes qui permettront d’être plus précis sur la situation.

Qui peut le plus paie le moins ?

Ce qu’il faudrait éviter, c’est de se retrouver dans la situation de la métropole. Combiné avec les niches fiscales et abattements divers, il apparaît clairement que plus les revenus sont élevés moins le poids de l’impôt est important. C’est le cas en métropole !

A SPM, quels sont les impôts réels payés par chacun ? Les plus hauts revenus ne s’exemptent-ils pas de l’impôt sur les revenus par le truchement des déductions diverses ? Ne faut-il pas un seuil minimum de contribution proportionnel aux revenus ?  A Saint-Pierre-et-Miquelon le barème des impôts semble plus égalitaire qu’en métropole, mais le résultat est-il différent ?

Ouvrir des négociations au nom de la Loi

La LOI n° 2017-256 du 28 février 2017 de programmation relative à l’égalité réelle outre-mer et portant autres dispositions en matière sociale et économique est claire :

« La République reconnaît aux populations des outre-mer le droit à l’égalité réelle au sein du peuple français. Cet objectif d’égalité réelle constitue une priorité de la Nation.

1° Résorber les écarts de niveaux de développement en matière économique, sociale, sanitaire

2° Réduire les écarts de niveaux de vie et de revenus constatés au sein de chacun d’entre eux. »

Le contrat entre l’Etat et le Conseil territorial doit contenir un volet social !

Autant de questions que nous devons poser pour coconstruire avec les élus, mais peut-être aussi avec la CPS, des réponses qui visent à éradiquer la pauvreté dans l’archipel.

____________________

Note pour les habitants de Saint-Pierre-et-Miquelon et les élus :

Comme je l’ai précisé hier soir à la réunion publique des gilets jaunes, et suite aux rumeurs insistantes Saint-Pierraises, Denis Garnier n’est candidat à aucun mandat politique, ni aucun poste dans l’archipel. Il met simplement son temps à la disposition de causes qui lui paraissent justes et nécessaires.

3 commentaires

  1. nul besoin d’aller à la mairie , ni sortir de chez moi pour savoir que les personnes qui ont des pensions de reversions ce qu’elles perçoivent , n’est pas lourd ,tous n’ont pas été fonctionnaires …Madame le Maire a des personnes au bien être social !… et si moi je me séparais de mon mari j’aurai moins que 1000 euros ,peut-être vous ,vous devez prendre des renseignements à la C P S …

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s